Blog

La coopérative d’huile d’argan Ajddigue, au coeur d’un projet éco-responsable

par dans Origine de nos marques 5 mai 2020

Depuis 2014, les pratiques et savoirfaire liés à l’arganier sont reconnus par l’UNESCO et font partie du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

En effet, au Maroc, les coopératives d’huile d’argan contribuent fortement au développement durable et à l’émancipation des femmes des régions rurales.

Parmi elles figure fièrement la coopérative Ajddigue, qui, en plus de produire une huile d’argan d’exception, porte un beau projet social, économique et environnemental.

L’émancipation économique des femmes

Avant la création de la coopérative, les femmes de la région produisaient l’huile d’argan à domicile. Elles réalisaient tout le travail, tandis que leurs maris s’occupaient de la vente des produits. Finalement, les hommes gardaient l’argent pour eux et l’utilisaient à leur discrétion.

Depuis, la coopérative Ajddigue a nettement fait évoluer les mœurs. Les femmes ne travaillent plus chez elles mais à la coopérative. Elles perçoivent désormais un revenu décent, qui leur assure autonomie et indépendance. Aussi, elles partagent équitablement les profits de l’entreprise, dont elles sont propriétaires.

L’alphabétisation dans les régions rurales

Aujourd’hui, seulement un tiers des femmes issues des régions rurales du Maroc savent lire et écrire.

C’est pourquoi, la coopérative a mis en place, pour ses membres, un programme d’alphabétisation obligatoire.

coopérative ajddigue

La préservation de l’arganeraie marocaine

Par ailleurs, la coopérative a une mission environnementale. L’arganeraie marocaine est un écosystème fragile, menacé par la surexploitation et le réchauffement climatique.

La coopérative est partenaire de différents projets de lutte contre la déforestation, financés par le gouvernement marocain et l’Union Européenne.

Par ailleurs, la coopérative limite au maximum le gaspillage en récupérant les résidus des fruits de l’arganier au cours du processus de fabrication. Ainsi, les coques sont utilisées pour la cuisine, les pulpes comme combustibles et la gangue pour nourrir les animaux.

Pour en savoir plus sur les missions de la coopérative, nous vous invitons à découvrir la conférence de sa fondatrice, Zoubida Charrouf :  https://www.youtube.com/watch?v=A2-iednvCfw

Les défis à relever

L’ambition de la coopérative est grande, ses missions essentielles à la communauté locale. Néanmoins, elle fait face à de nombreux défis.

En effet, Ajddigue est victime de concurrence déloyale. Dans la région, de nombreuses coopératives se font passer pour des coopératives agréées et rémunèrent leurs employées à bas prix. Ces fausses coopératives tirent les prix vers le bas et commercialisent de l’huile de mauvaise qualité. A terme, cette compétition déloyale risque de ternir l’image et la réputation d’Ajddigue.

Aussi, la disparition de l’arganier menace la viabilité à long-terme de la coopérative. Durant ces dernières décennies, plus de la moitié des arbres ont disparu et les sécheresses à répétition menacent d’autant plus l’écosystème.

Rien ne garantit que les initiatives d’Ajddigue et de ses partenaires suffiront à préserver l’arganeraie marocaine. C’est pourquoi, les coopératives font pression sur le gouvernement afin de renforcer le cadre de protection juridique des arganiers. 

Vous aimez cet article ? Partagez votre avis en laissant un commentaire. N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Instagram pour ne rien louper de l’actualité de Cosmelina.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Panier