Blog

Les secrets de fabrication de l’huile d’argan

par dans Secrets de fabrication 9 mai 2019

La production de l’huile d’argan remonte à une tradition berbère ancestrale, réservée uniquement aux femmes et dont le savoir-faire se transmet de génération en génération.

Chaque jour, au Maroc, une centaine de femmes de la coopérative Ajddigue produit une huile d’argan d’une qualité irréprochable : BIO, pressée à froid et de fabrication artisanale.

Les femmes réalisent l’essentiel du travail à la main, pour garantir une qualité irréprochable aux produits et minimiser les pertes.

Zoom sur les secrets de fabrication d’une huile d’argan d’exception.

5 étapes sont nécessaires à l’obtention d’une huile d’argan 
de fabrication artisanale :

Récolte et séchage

Entre Juin et Août, les femmes de la coopérative cueillent, ramassent puis trient les fruits mûrs des arganiers. Le fruit ressemble à une baie ovale striée de rouge, qui peut atteindre jusqu’à 4 centimètres de longueur.

Chaque fruit contient une noix, lisse, ronde et de couleur brune. On trouve, au cœur de cette noix, une ou deux amandes : les « amendons ». Ce sont ces amendons qui serviront, plus tard, à la production de l’huile d’argan.

Ensuite, les femmes sèchent les fruits pendant plusieurs semaines au soleil, afin de pouvoir séparer plus facilement le fruit de la noix contenue à l’intérieur.

Dépulpage et concassage

Une fois les fruits récoltés et séchés, on procède au dépulpage, un procédé qui consiste à séparer la pulpe sèche, dénommée « Tafiyicht » de la noix d’argan, appelée « aqua ». La pulpe ainsi récupérée est utilisée pour alimenter la coopérative en combustible, tandis que les noix serviront à la production de l’huile.

Les femmes concassent ensuite les noix d’argan à la main afin de récupérer, sans les abîmer, les amendons contenus à l’intérieur. Pour ce faire, elles déposent les noix sur un socle puis les frappent à l’aide d’une grosse pierre. C’est un travail délicat et très technique, qui demande beaucoup de précision, de patience et surtout de pratique ! Chaque femme produit quotidiennement entre 1 kg et 1.5 kg d’amendons.

Pression à froid

Une fois triées, on presse à froid les amandes pour conserver toute leur teneur en vitamine E. On obtient alors deux couches : d’une part l’huile d’argan, d’autre part la gangue. La gangue est une pâte marron assez épaisse, qui sera utilisée pour nourrir les animaux.

35 kilos de fruits, soit 3 kg d’amendons, sont nécessaires à la production d’un litre d’huile de fabrication artisanale. C’est pourquoi l’huile d’argan est si rare et précieuse !

Décantation et filtrage

C’est l’ultime étape du processus. Après extraction, l’huile contient de petites particules solides en suspension, qu’il est nécessaire d’éliminer afin d’obtenir une huile limpide, transparente et d’une qualité irréprochable.

Finalement, les femmes laissent l’huile d’argan reposer pendant une période de 15 à 20 jours pour décantation, avant de la filtrer.

Conseils de conservation

Pour une conservation optimale de votre huile, stockez-là dans un endroit sec, à une température située entre 12 et 24 degrés. Évitez l’exposition à la chaleur, afin d’en préserver toute la teneur en vitamine E.

coopérative ajddigue cosmétique naturel marocain cosmelina

Vous aimez cet article ? Partagez votre avis en laissant un commentaire. N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Instagram pour ne rien louper de l’actualité de Cosmelina.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Panier